enliberal.com

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Professions médicales

Sample image

Professions juridiques

Sample image

Professions techniques

sam-17

CPanel

Emprunter à la banque

Envoyer Imprimer PDF

estheticiennes emprunt Il existe plusieurs façons d'obtenir des aides:

 

1. Les besoins de financement :

  • Les frais d’établissement : honoraires de conseil juridique, de fiscaliste, de conseil en brevet, frais de constitution de l’entreprise, éventuellement frais de première publicité…

  • Les investissements : l’achat ou location d’un local, les frais d’installation, l’acquisition de machines, matériels, véhicule, ordinateur, pas de porte ou droit au bail

  • Les dépôts ou cautionnements à verser : les loyers versés en garantie pour le loyer

  • Les besoins en fonds de roulement (BFR) : c’est à dire le montant d’argent utilisé en permanence, pour l’achat et la détention du stock nécessaire à tout moment pour que l’entreprise fonctionne correctement. Une sous-estimation du BFR ou un mauvais financement préalable de celui-ci entrainera des problèmes de trésorerie à court terme.

Après avoir fait une estimation de vos besoins financiers, l’esthéticienne doit préparer un dossier complet de son projet. Ainsi le banquier pourra comprendre rapidement la justesse de la requête

2. Les fonds de garantie :

La dernière étape est de trouver une garantie pour la banque du remboursement de l’emprunt.

Les fonds de garantie sont les suivants :

  • OSEO Sofaris : Intervient à hauteur de 70% pour les entreprises en création.

  • FGIF : le fonds de garantie à l’initiative des femmes, qui apporte sa garantie aux créatrices à hauteur de 70% pour un financement bancaire compris entre 5000 et 38000 euros.

  • Les sociétés de caution mutuelle (SCM) généralistes comme la SIAGI ou spécialisées par secteurs d’activité donnent généralement leur garantie à hauteur minimale de 50%. Les emprunteurs paient une commission de risque, versent souvent une contribution restituable de l’ordre de 1à 4% du crédit au titre de la mutualisation.